Category Page: Social

UN MOT POUR L’AFRIQUE EN CE JOUR DE MA NAISSANCE

Bonjour mes cher(e)s,

 

En ce jour, ma naissance ; encore un an de plus sur terre…que je me pose mille et une  seule question : Dois-je pleurer ou fêter  mon anniversaire au moment où le joli gâteau, le berceau de l’humanité ,l’Afrique et ses pays sont en feu et que ses fils sont téléguidés, découragés, fatigués, opprimés, abandonnés, chargés et courent pour le  suivisme au détriment de sa construction ?

 

A tous ceux et celles qui m’aiment et à mes semblables que j’ai offensés, trompés, blessés de par le passé, dépendamment ou non de ma volonté depuis mon enfance jusqu’à ce jour, qu’ils puissent m’en excuser.

En ce jour de mon anniversaire, j’ai un message important  pour le monde entier, spécialement pour l’Afrique et particulièrement pour ma nation.

Je m’inquiète beaucoup car j’ai du mal à comprendre pourquoi jusqu’à ce jour, l’Afrique et surtout sa jeunesse ne se retrouvent pas, nonobstant, les milliers d’intellectuels et les innombrables personnalités influentes que nous avons dans nos différents pays et partout à travers le monde entier, ne sont-ils pas suffisants pour le développement du continent ?

Il est regrettable qu’aujourd’hui au 21 siècle, les intellectuels, cadres  et leaders africains font face à la réalité des problèmes qui minent notre cher contient qui n’est autre que l’immigration, le chômage, les crises sociopolitiques, l’insécurité, l’impunité et la pauvreté, mais qui en font rien.

Je pleure parce que nous, fils d’Afrique, sommes  incapables de séparer le bien du mal, l’Indépendance de la colonisation, l’intégrité de la mauvaise-foi, la liberté de l’esclavage, le concret de l’imagination, la volonté du téléguidage, le socialisme de l’individualisme et le moral de l’immoral. Ces maux précités nous entraînent  dans la naïveté, l’ignorance, la famine, la pauvreté et la misère ambiante, détruisant la terre noire à coup de pillages et d’exploitations effrénés sous le regard complice de nos dirigeants et leaders néo-colons, poussant le continent à être un béni oui-oui.

Certes ces conditions ont paralysé l’Afrique et  ses fils déconnectés, dégoûtés et dépassés par les réalités sont à la quête d’une vie meilleure  dans l’eldorado, conduisant à la mort et à la perte de milliers de bras valides, de  cadres, qui peuvent travailler pour le décollage et l’émergence du continent et de ses pays.

Je me pose chacune de ces questions :

Comment en est-on arrivé là ?

Qui en est responsable ?

Où est-ce que la jeunesse Africaine a  failli ?

Où est-ce que la jeunesse togolaise a  failli ?

Où est-ce que les aînés ont failli ?

Que faut-il faire pour sortir des situations actuelles qui sont devenues un frein au développement et pour que cela n’arrive plus jamais dans nos pays ?

Une première  réponse s’est imposée :

Nous sommes tous responsables.

D’une façon ou d’une autre, de par notre participation active ou passive à la « chose publique », nous avons laissé la démocratie de nos pays s’effriter pour finalement n’être qu’un leurre. Une société civile fragilisée, un Etat affaibli, une crise scolaire récurrente, le chômage…bref, ont entrainé l’oubli, un instant de nos convictions démocratiques.

Interpellés par les événements, comme des milliers d’autres jeunes, une prise de conscience, non sans frustration,  nous a mis en face de notre propre insuffisance.

 

En ma personne de Président fondateur de l’association  Volontaire International pour la Vie Associative et Sociale-les Fermiers du Monde au TOGO, abrégée en VIVASFM TOGO, dont le but  est de faire comprendre que nous pouvons changer les choses et vivre autrement. Pour y arriver, nous devons savoir que :

Nous devons tous poser les fondations d’un nouveau paradigme pour que nos enfants puissent avoir de nouvelles bases pour leur avenir commun.

Nous devons tous laisser de côté ce qui nous divise, la politique, la religion, la culture, et autres pour aller de l’avant.

Nous devons tous savoir que nos oppresseurs ne font pas la différence

Nous devons tous comprendre  que, les grandes ambitions, les bonnes intentions et les slogans séduisants ne suffiront pas à réaliser des progrès.

Nous devons tous savoir que la voie du développement durable ne peut être pavée de demi-mesures.

Nous devons tous savoir qu’il  faut avant tout  des investissements judicieux et un engagement sans faille en faveur de la justice,  l’égalité sans distinction de sexes, d’âges, d’ethnies  ni de  races.

Nous devons tous savoir que si tous les citoyens du monde avaient la possibilité de réaliser leur potentiel, les pays connaîtraient la prospérité.

Nous devons tous savoir que la force d’une nation se trouve dans sa jeunesse, relève de demain ; alors toi « brave fils d’Afrique noire, sois ton propre modèle et un citoyen pour l’émergence de ta nation, l’avenir est certain, il y a encore de l’espoir pour l’Afrique ».

Il faut agir !

Il faut agir, parce que nous pensons que  nous pouvons faire autrement ;

Il faut agir parce que nous avons pris conscience de notre devoir envers nos pays,

Mais aussi de notre capacité d’améliorer les choses.

Bien que VIVASFM-TOGO se donne pour mission d’agir pour le développement afin d’œuvrer pour la promotion de la citoyenneté, des droits de l’homme, de la démocratie et surtout d’éradiquer l’extrême pauvreté et la protection des enfants, elle ne pourra pas tout faire seule et fait donc appel aux partenaires, amis et sympathisants.

Nous comptons participer à la réflexion et à la communication sur les grands enjeux des États et contribuer à l’émergence des populations, surtout des enfants relèves de demain.

C’est ainsi, que, naturellement,  je m’intéresse la thématique de l’engagement des jeunes, leur droit et devoir pour conduire nos pays vers un changement notable. Nous entendons par changement, une gouvernance saine, des gouvernants soucieux de leur pays et de leur peuple, autrement dit des élites qui pensent à l’intérêt général avant  l’intérêt personnel et qui ont de réelles  visions et  idéaux de développement.

Nous entendons par changement, l’éveil des consciences qui puisse amener une amélioration dans nos comportements et dans nos actes.

Que tout peuple s’intéresse aux affaires politiques et soit  apte à défendre ses droits.

Que nous puissions retrouver dans nos cœurs, comme jadis, la légendaire fierté africaine, grâce à notre façon d’être et d’agir.

Nous entendons par changement, la citoyenneté, l’intégrité, l’honnêteté, le vivre ensemble, le partage, la tolérance, le travail pour que nous puissions enfin  relever la tête après avoir vaincu les problèmes liés au développement.

Ceci est notre souhait,

Ceci doit être et sera notre combat. D’où notre intime conviction que l’association VIVASFM-TOGO ne doit pas être une association de plus, mais une association qui apportera un plus.

Puisque nous sommes conscients que nous n’avons plus le droit d’échouer,

Puisque nous savons  que cette situation doit  changer et pourra changer ;

Alors,

Que  pouvons-nous faire pour que cela change ?

Chers citoyens du monde, pour ne pas dire du monde noir,

A travers cette occasion, qui sans doute nous ouvrira les yeux sur  les causes des problèmes qui nous accablent aujourd’hui, il nous sera également permis de trouver  des réponses qui nous guideront vers une solution durable

En espérant que chacun apportera sa modeste contribution, et sa participation à la contribution de nos cités, que nous aimons tous, je vous souhaite, Mesdames et Messieurs une agréable journée.

Je vous remercie.

Dzidodo Ekpeboy

Ma vie dans le village des sept conscients

Présidente de VIVAVSFM-TOGO

Délégué National ASEFCE INTERNATIONAL

VIVASFM AU COEUR DU DÉVELOPPEMENT DE VO AVEC NOS AMIS JAPONAIS

 

VISITE DU MARTEAU D’AFRIQUE AVEC YOSHIRO HORIGUCHI ET TITCHAN

Ce matin visite du site touristique (AFRICA HUMER ou le MARTEAU D’AFRIQUE de poids 20 tonnes offert par l’Allemagne en guise de reconnaissance des forgerons du village YOHONOU village natif des forges ou tout le monde est forgeron même les femmes et enfants. Fabriquer en Allemagne en 2004 et ramené au Togo en 2006…Africa humer est l’unique don symbolique pour les forgerons en Afrique).Un échange symbole de Fraternité entre les Peuples .

UN MOMENT DE JOIE AVEC NOS ENFANTS

Avec les petits orphelins de AMEGNRAN, cantons de Dzrekpo  et MOME( Vo),nous avons fait des jeux, musiques, danses,la distribution des kits scolaires à 33 enfants de ATATSIKOPE et une collation pour chacun pour bien clôturer cette belle journée . Accompagnés de nos charmantes invitées,  venues du Japon. Merci à  elles et à Mathias  Coordinateur VIVAS- FM et le fondateur actuel Delegué National ASEFCE INTERNATIONAL Togo

Siège de VIVASFM & ASEFCEINTERNATIONAL au TOGO à Vogan                                                                      

UNE VISITE VENUE DE FRANCE de Madame et Mr Jean Pierre CORSIA À DZREKPO-BAS (Vogan)

UNE VISITE VENUE DE FRANCE … Jeudi 9 Août 2018 À DZREKPO-BAS (Vogan) VISITE de Madame et Mr Jean Pierre CORSIA Conseiller d’ Arrondissement Paris XIe Délégué à la Vie associative et à l’ Économie sociale,solidaire et circulaire . Accompagné de Dzidodo Ekpeboy Fondateur de Vivas Fm, Vice Président International Asefce International et Délégué National TOGO, Mr et Mme CORSIA ont pu constater les actions en faveur de l’ agriculture (le champ vivasfm),l’hygiène,de la santé, par la création de latrines, traditionnelles et écologiques faites à partir de matériaux locaux, l application du programme First need…Les discussions ont porté sur la récolte des déchets ,les plastiques en particulier et leur recyclage; Sur les activités agricoles : permaculture .. Nous remercions Mr et Mme CORSIA de leur visite et de leur intérêt pour les conditions de vie de nos villages . Un partenariat à venir.

Bienvenu au stagiaire Maxime Podolak

 

Vivas-Fm et ses partenaires ont le plaisir d’accueillir au Togo, le stagiaire Maxime Podolak.  Apest Togo, Lumens, BAD, Yali, Asefce, Azur Création se mobilisent pour rendre le séjour du frère Maxime agréable en terre togolaise. Le nouveau stagiaire a été reçu ce 30 mars dans la localité de Vogan (55 km de la capitale Lomé).

La cérémonie d’accueil a été faite ce vendredi couplée de la remise de cadeaux symboliques à des orphelins. L’occasion faisant le larron, le nouveau stagiaire en a profité pour sensibiliser le public sur l’importance de l’éducation dans la vie d’un être humain de même que les droits et devoirs d’une personne. Le président de Vivas-Fm, Dzidodo Ekpe,  également délégué national Asefce a parlé de l’assainissement, des cours en ligne du YALI.

Maxime et Dzidodo

« Nous sommes tous honoré de la présence de notre ami Maxime parmi nous. Nous lui souhaitons la bienvenue au Togo. Qu’il soit à l’aise comme il l’est dans son pays natal. Notre souhait est que son séjour soit agréable et que son expérience de notre pays, nos communautés le marque à jamais », s’est réjoui le président Dzidodo, sourire aux lèvres.

 

Notons que le volontaire Maxime Podolak vient de France après de brillantes études à Paris. Il est connu comme un sportif de haut niveau en Force Athlétique avec 2 titres de champion de France et 1 titre de champion du monde. Il passera 2 mois et demi au Togo avant de retourner chez lui.

 

 

 

Mot du président de Vivas-fm en ce jour de son anniversaire

En ce jour de ma naissance et un an de plus sur terre…à tous ceux qui m’aiment et à mes semblables…j’ai un message pour vous.

Que ta nature raisonnable soit connue de tous! Encore une ère, une année et un jour de plus dans ma vie que je me demande : Pourquoi le monde est si vaste mais que nous sommes coincé dedans?

 

Si c’est à cause de nos actes les uns envers les autres, alors que tous celles/ceux que j’ai offensé, trompé, blessé ou volé consciemment ou inconsciemment depuis mon enfance jusqu’à ce jour me pardonnent. Et si tout le monde peut le faire autant, je pense qu’on aura un peu plus d’espace pour intégrer en notre âme : la paix profonde et l’amour inconditionnel !

 

N’oublions surtout pas que « céder à la tentation, c’est être esclave de ses désirs», mais la lutte pour nos semblables serait notre souci fondamental si nous voulons un avenir meilleur…

En tant qu’un agent de développement, après mes expériences et analyses, je conclus que vivre mieux, bien et avoir plus d’espace pour un développement meilleur, être libre, c’est d’abord effacer ou chasser l’ignorance: germe de la pauvreté… L’ignorance est la base de nos problèmes conduisant ainsi le monde à la ruine…

 

Tant que certains vivront mieux, et d’autres dans la misère, le monde sera vaste et  les êtres humains, toujours coincés… Alors si nous voulons sauver l’humanité, au lieu de  lutter contre la pauvreté, luttons pour l’abondance ; au lieu de lutter contre la guerre, luttons pour avoir la paix ; Et ainsi de suite pour tous les maux contre lesquels nous luttons !

 

Amener les humains à aller vers la connaissance et le savoir, c’est les aider à ancrer dans leur ADN, la richesse morale, spirituelle et matérielle. Mais, toute cette richesse doit être acquise au travers des efforts et détermination.

 

Mon rêve pour ce monde aujourd’hui, est de donner une autre forme au développement afin que tous les humains trouvent leurs pains quotidiens….

 

 

Joyeux anniversaire au président Dzidodo Ekpe!

 

 

Togo : mettre un terme à la défécation à l’air libre

La lutte contre la défécation  à l’air libre fait partie des priorités de l’Etat  togolais. A côté des actions engagées qu’il engage, des associations à l’instar de l’ASEFCE Internationale Togo ,Vivasfm Togo en collaboration avec  BAD ( Bel Avenir Développement) et Lumens  » le miroir du progrès » comptent apporter leurs pierres à l’éradication de ce mal.

Des projets sont prévus en ce sens pour améliorer les conditions de vie des populations.  Toutes ces associations disent d’une seule voix : non Défécation à l’Air Libre (DAL). Des missions d’observations, mobilisations et sensibilisations continuent dans plusieurs localités. Cela y va pour le bien de tous. La défécation à l’air libre , aussi souvent désignée par défécation en plein air, est l’action de déféquer ou de faire les selles  à l’extérieur des habitations, hors de toilettes publiques. Dans les zones peuplées, la contamination de l’eau par les matières fécales est à l’origine de problèmes de santé publique.

La défécation en plein air  et de façon général le manque d’assainissement et d’hygiène demeure un facteur considérable dans la propagation de diverses maladies. Il s’agit notamment de la diarrhée et les infections par les vers intestinaux, ou encore la fièvre typhoïde, le choléra, l’hépatite, la poliomyélite et le trachome. Dans le monde, environ 946 millions de personnes, soit 13 % de la population mondiale, pratiquent la défécation à l’air libre en 2015. Selon les derniers rapports disponibles sur le Togo, le taux de défécation à l’air libre est de 23% en milieu urbain et près de 68% en milieu rural.

 

 

  • 1
  • 2